Pour un Léman sans jet-ski

7969526408_0c41e72558_b

L’ASL se bat activement contre la présence des jet-skis sur le Léman. La pratique de cette activité est interdite en Suisse sans exception depuis plusieurs années. Le côté français a, en revanche, connu une série de changements dans les textes de lois au cours des dernières années. L’ASL fait partie, avec d’autres associations françaises, d’un collectif qui s’est déjà battu avec succès en 2014 contre l’autorisation du Jetski sur la partie française du Léman. Cependant, le tribunal administratif de Grenoble a abrogé les deux derniers arrêtés préfectoraux qui en interdisaient la pratique. Au vu de ce revirement de la justice, le groupe va intervenir contre cette décision.

 

Rappel des motivations qui poussent l’ASL à lutter contre la pratique du jet-ski sur le Léman

Aspects environnementaux

  • Impact sur les oiseaux aquatiques : le Léman est un site majeur d’importance internationale pour les oiseaux migrateurs (canards, grèbes, foulques). Ils ont volé jusqu’à 5000 kilomètres pour regagner le Léman où ils trouvent nourriture et havre de paix pendant la mauvaise saison. La pratique du jet-ski ne peut que provoquer des envols répétés induisant un gaspillage d’énergie qui leur est préjudiciable. Dérangement de l’avifaune indigène aussi.
  • Impact sur les habitats riverains (roselières, grèves), vagues favorisant l’érosion des rives.

Aspects sociaux

  • Impact au travers des nuisances sonores très gênantes générées par la pratique du jet-ski (bruit discontinu, vibrations) portant atteinte au bien-être des autres usagers du lac et des riverains.
  • Risques d’accidents liés à la grande vitesse des engins surtout pendant la belle saison (forte densité de nageurs et de bateaux à voile). L’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers de quelques individus s’adonnant à ce sport.
  • Impact sur les amateurs de pêche de loisir.

Aspects économiques

  • Impact défavorable sur les activités de pêche professionnelle (59 pêcheurs) et de loisir (3000 pêcheurs amateurs) dans la partie française du Léman.
  • Risque élevé pour le matériel et les autres usagers. Par exemple, un pêcheur à la traine avec deux extendeurs de 50 m sur chaque bord et une traine de 200 m couvre une superficie supérieure à un terrain de football et se déplace à une vitesse maximum de 5 km/h.
  • Impact sur la qualité de vie des plaisanciers (tourisme). La conciliation entre la pratique de ces deux activités est très difficile.

Historique des lois françaises concernant la pratique du jet-ski sur le Léman

1989 (7 février) : Arrêté préfectoral interdisant la pratique du jet-ski sur la partie française du lac Léman.

2014 (18 septembre) : La cour d’appel de Lyon émet un arrêté qui réautorise la pratique du jet-ski sur le lac, sur demande d’un professionnel souhaitant ouvrir une base à Maxilly-sur-Léman, en attendant  l’élaboration d’un nouveau texte régulant la circulation des engins nautiques.

2015 (23 juin) : Arrêté préfectoral limitant la pratique du jet-ski (jet-ski électrique sur une zone limitée et horaires contraignants).

Suite à des infractions constatées aux environs de Sciez, l’ASL a envoyé un courrier à la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Madame Ségolène Royal. Nous avons reçu une réponse de son cabinet, qui allait prendre contact rapidement avec le Préfet de Haute-Savoie afin que des démarches visant au respect du règlement de navigation sur lac Léman soient mises en place.

2017 (juin): Le tribunal administratif de Grenoble abroge les deux derniers arrêtés préfectoraux qui interdisaient la pratique du jet-ski.

En lien avec cet article 

« Lémaniques » n°94

« « Collectif « Le Léman sans jet-ski »

Arrêté préfectoral du 23 juin 2015

Plan de zones réglementées

Lettre ouverte aux candidates au second tour de l’élection législative de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Une réflexion au sujet de « Pour un Léman sans jet-ski »

Laisser un commentaire