Opération Rivières Propres 3

Vous pouvez consulter dès à présent la carte interactive de l’Opération Rivières Propres.

L’ASL a repris son bâton de pèlerin sur le terrain et a effectué avec le soutien de bénévoles et de civilistes un nouveau passage sur les 232 rejets identifiés lors de la campagne 2. Les mêmes analyses que lors de la première phase ont été pratiquées afin  de comparer les résultats d’aujourd’hui à ceux obtenus précédemment.

Voici la présentation des résultats en image

Pour plus d’informations sur les différentes phases du projet ORP3, consulter le Lémaniques n°97, ORP3 et microplastiques.L’ASL désire aujourd’hui, avec cette nouvelle Opération Rivières Propres (ORP), venir en aide aux cantons et départements et poursuivre sa mise en garde relative à la pollution des eaux des affluents du Léman en leur fournissant des informations actualisées nécessaires à l’assainissement des rejets polluants.

Pour rappel, ORP est un projet de l’ASL qui vise à dresser l’inventaire des rejets polluants dans les rivières du bassin lémanique ainsi que les dépôts de déchets souillant  leurs rives. Lancée en 1990, plus de 2000 bénévoles ont parcouru pendant 12 ans la quasi totalité des 8’300 km du réseau hydrographique lémanique et vérifié 20’143 tuyaux.

Le constat fut frappant : 6’077 tuyaux étaient considérés comme polluants, ou suspects de pollution dont :

  • 2’261 incontestablement polluants
  • 1’390 très probablement polluants
  • 2’426 dont la pollution devait être confirmée.

orp1-page-001

Entre 2002 et  2004, l’ASL organisa une campagne visant à vérifier que des mesures d’assainissement avaient effectivement été prises pour supprimer les rejets polluants démasqués. Pour ce faire, l’ASL établit alors un échantillon statistiquement représentatif des rejets incontestablement polluants recensés lors de l’ORP1. Ainsi, 232 tuyaux polluants furent à nouveau contrôlés sur les 2’254 répertoriés (ORP2).

Le verre était à moitié plein, 53% des tuyaux étaient assainis. (cf. Lémaniques n°54)

orp_2_resultats

 

En 2014, l’ASL lance une troisième campagne comportant deux phases. La première consiste à contrôler les 232 rejets afin de comparer les résultats avec ceux obtenus en 2004, et la deuxième à évaluer la situation actuelle en matière de rejets polluants dans les rivières de la région lémanique.

Les résultats obtenus lors de la première phase montrent que l’assainissement des rejets polluants atteint aujourd’hui 85%, un résultat très encourageant. L’amélioration la plus marquée concerne le Valais, où le pourcentage de rejets assainis a pratiquement doublé. Genève a quant à elle augmenté son taux d’assainissement de 14 %, mais de manière moins significative que les autres régions puisqu’ il équivaut à environ la moitié de la moyenne générale, qui est de 32%. Lors de cette campagne, nous avons également relevé que 21 % des tuyaux (48) ont physiquement disparu. A  noter encore que parmi les tuyaux vérifiés, 17  d’entre eux étaient inaccessibles ou non contrôlables, raison pour laquelle le total de rejets contrôlés est réduit à 215.

orp3-page-001

orp_3_resultats
Résultats de la première phase d'ORP3.

 

Ces résultats réjouissants démontrent que les autorités ont pris le taureau par les cornes et agi pour assainir les rejets polluants de leur réseau. On constate cependant qu’il subsiste encore passablement de rejets sauvages à supprimer dans les rivières. Même si cette pollution reste relativement négligeable à l’échelle du lac, l’impact sur la faune et la flore des cours d’eau eux-mêmes peut être nettement plus important localement. A noter encore que ces résultats donnent une image de la réalité à un instant donné. Des tuyaux secs et propres aujourd’hui peuvent ne pas l’être demain. Il faut donc garder en tête que les résultats ci-dessus reflètent certes une tendance favorable mais que la situation réelle pourrait s’avérer moins bonne que celle présentée ici.

Afin d’évaluer la situation actuelle à plus large échelle, l’ASL lance cet automne la deuxième phase d’ORP 3 et continue ainsi à jouer son rôle de surveillant et de fournisseur d’information aux collectivités publiques. Cette phase consiste à définir de nouveaux tronçons de rivières pour y réaliser un contrôle exhaustif. Trois critères sont pris en compte:

  • le type d’utilisation du sol (urbain, agricole, naturel…);
  • l’évolution de l’urbanisation depuis 1990;
  • la densité des rejets considérés comme incontestablement polluants dans la première campagne d’ORP de 1990- 2002 (2254 rejets).

Afin d’orienter nos futures actions pour une meilleure maîtrise des rejets polluant les rivières de la région lémanique, l’étude portera sur une vingtaine de secteurs à analyser et cartographier. Les résultats mettront en évidence les régions prioritaires à prendre en considération pour améliorer l’assainissement des eaux usées.

Ce projet ne pourrait avoir lieu sans une participation active de bénévoles qui crapahutent courageusement le long des cours d’eau. Il ne serait évidemment pas possible de mener à bien une telle opération avec les seules forces de l’ASL. Nous tenons donc à les remercier chaleureusement de leur implication concrète dans cette troisième mouture de l’Opération Rivières Propres. Et ce n’est pas fini! Nous avons besoin de monde pour la deuxième phase d’ORP3 et ce, dès que les nouveaux tronçons à vérifier auront été définis… A bon entendeur!

2 réflexions au sujet de « Opération Rivières Propres 3 »

  1. LaurentJolissaint

    Bonjour,
    est-il possible de participer à la collecte des informations pour les polluants ? moi-même est mes enfants 14-16-18 and seraient intéressés par donner un coup de main. merci de me contacter !
    Laurent Jolissaint

    Répondre
    1. Association pour la Sauvegarde du Léman Auteur de l’article

      Bonjour Monsieur Jolissaint,
      Merci pour votre intérêt ! Nous avons pris note de votre demande et allons vous contacter dans les plus brefs délais.
      Avec nos meilleures salutations,
      ASL

      Répondre

Laisser un commentaire