English EN French FR
English EN French FR
English EN French FR

Réflexions de l’ASL sur les deux initiatives suisses « SANS PESTICIDES DE SYNTHESE » et « EAU PROPRE » soumises au vote populaire le 13 juin 2021

L’ASL soutient toute démarche visant à réduire durablement la contamination par les pesticides de synthèse des eaux et des sols. Elle estime qu’il faut trouver, avec les milieux professionnels concernés, producteurs, distributeurs et utilisateurs, le moyen de minimiser toutes les pollutions qui pourraient péjorer la qualité de l’eau tels que les pesticides de synthèse, mais également les autres micro-polluants et micro-plastiques. 

L’ASL soutient donc l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » qui lui semble aller dans le bon sens, puisqu’elle demande l’interdiction des pesticides de synthèses dans

–       la production agricole
–       la transformation des produits agricoles
–       l’entretien du territoire
–      la production ou importation des denrées alimentaires

En outre, le délai de 10 ans envisagé pour l’entrée en vigueur de l’application de la nouvelle législation semble raisonnable.

Cependant, l’ASL privilégiant le respect du concept de développement durable, dont l’objectif consiste à atteindre un équilibre nécessaire entre enjeux environnementaux, sociaux et économiques, elle émet des réserves sur l’initiative dite « Pour une eau potable propre», car :

1) celle-ci se focalise essentiellement sur la production agricole, sans que des efforts ne soient imposés pour l’entretien des sols et du territoire

2) cette initiative met la production agricole suisse en porte-à-faux avec les produits importés qui pourraient continuer à être vendus en Suisse sans subir les mêmes contraintes 

3) l’obligation de produire son propre fourrage semble également difficilement applicable et mettrait les exploitations – même « bio » – dans l’embarras, ce qui pourrait mettre à mal tous les efforts déjà consentis par cette branche. On ne voit d’ailleurs pas en quoi des échanges de fourrage entre exploitations locales ou à l’échelle suisse, voire éventuellement avec les pays voisins serait forcément préjudiciable aux exigences de cette initiative qu’il faudrait, selon l’ASL, modifier à l’aune de ces trois points. 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de ses affluents.

Mise à jour de vos coordonnées

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de son bassin.