Alerte pollution

Vous avez la possibilité ici de dénoncer une pollution constatée au sein du bassin versant lémanique et de vous renseigner sur les causes probables de certaines pollutions

Que faire si vous constatez une pollution, check-list en trois étapes :

1. Contacter les pompiers si une pollution est avérée.
Attention toutefois à ne pas voir des pollutions partout. Les phénomènes présentés dans la foire aux questions sont issus de dynamiques naturelles dans un plan d’eau.

2. Signaler la pollution à l’ASL grâce au formulaire ci-dessous
3. Prendre des photos et les envoyer à l’ASL pour effectuer un suivi

Foire aux questions

A la fin du printemps, la saison de frai des Perches arrive à son terme. Il est fréquent d’observer à cette période une forte mortalité, principalement des jeunes mâles. Le phénomène peut prendre plus d’ampleur lorsque la population de Perche est grande (comme en 2022). Ces mortalités peuvent être particulièrement importantes lorsque les petits mâles, par leur grand nombre, sont affaiblis par le manque de nourriture et que la température de l'eau est inférieure à 20°C. Ces deux aspects représentent des conditions idéales pour le développement du rhabdovirus de la Perche. En général les mortalités s'arrêtent lorsque l'eau se réchauffe d'avantage et que les Perches arrivent à reconstituer des réserves.

Dans le cadre de tests pour détecter les fuites dans les systèmes de canalisation, des produits fluorescents, comme la fluorescéine, sont utilisés comme traceurs. Ce produit, totalement inoffensif pour l’environnement colore l’eau en vert fluo. Ceci peut donner l’impression d’une pollution impressionnante. En cas de doute, un simple téléphone aux pompiers peut permettre de s’assurer de l’absence de danger pour l’environnement.

 

 

 

Le printemps est synonyme de libération de pollen pour les plantes anémogames (qui se reproduisent grâce au vent). Bouleaux, graminées ou noisetiers font partie de ces espèces et sont bien représentés sur les rives du Léman. La dispersion du pollen par le vent étant assez aléatoire, une partie du pollen finit son chemin dans le Léman où il se rassemble en nappe suite à l’action des vagues et du courant. Bien qu’assez impressionnant, ceci est un phénomène totalement naturel ne représentant pas de danger pour l’environnement !

 

Photo : Hannah Chmiel, CIPEL

En été, lorsque la température du Léman augmente, les microalgues filamenteuses peuvent se développer fortement et ainsi former des colonies visibles à l’œil nu. Ces amas d’algues peuvent ensuite se rassembler à la surface. Ce ne sont pas des cyanobactéries mais juste un phénomène naturel de tous plans d’eau. Pour distinguer les algues des Cyanobactéries, une méthode consiste à passer la main dans l’eau pour récupérer ce qu’il se trouve en surface. Si ce qu’il reste dans votre main est filamenteux, ce sont des algues alors que s’il ne reste que quelques petits morceaux collés à vos doigts, ce sont des Cyanobactéries. Attention, cette méthode de détection n’est pas infaillible et il est important de bien se laver les mains à l’eau chaude et au savon après le test. Si vous pensez qu’il s’agit de Cyanobactéries, il est conseillé de contacter les pompiers pour des analyses sur l’espèce en présence. En effet, certaines espèces, notamment celles du genre Planktotrix, peuvent être dangereuse pour l’Humain lorsqu’elles sont présentes en trop grande quantité. L’été 2021 a par exemple vu une prolifération importante d’une algue brune Uroglena sp. sans danger pour l’Humain mais qui a donné à l’eau du Léman une couleur brunâtre et une forte odeur de poisson pourri.

 

Photo : Vanessa Cardoso

Le formulaire ci-dessous nous permet d’assurer une veille et surtout de vérifier que la pollution a été gérée par les autorités compétentes afin de garantir la qualité des eaux du Léman. 

Signaler une pollution

Le 20 novembre 1968 la RTS s’interroge sur la problématique liée à la baignade interdite dans le Léman.

Galerie photos

Les déchets sauvages représentent une pollution de 10'000 kg de plastiques par année dans le Léman. Grâce à Net'Léman - le grand nettoyage du lac, organisé par l'ASL, un millier de bénévoles soulage le Léman d'une dizaine de tonnes de déchets en tout genre à chaque édition.
Le Léman est pollué par des millions de fibres en plastique. L'ASL a lancé le projet de science participative "Pla'stock" pour en savoir plus sur cette problématique.
Les espèces exotiques invasives sont des sources de perturbation des écosystèmes lémaniques. L'ASL lutte depuis 2013 contre la Renouée asiatique avec l'aide de centaines de bénévoles tout autour du lac.
Grâce à l'Application Net'Léman, tout le monde peut soulager la région lémanique des déchets sauvages et contribuer à améliorer les connaissances sur les types de déchets retrouvés et ainsi identifier leur source.
Même si le lac a une couleur inhabituelle et une odeur suspecte, cela ne signifie pas qu'il est pollué. Il s'agit peut-être d'un phénomène naturel non toxique comme cela a été le cas en été 2021 avec Uroglena sp.
Précédent
Suivant

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de ses affluents.

Pollution signalée!

Merci d’entrer ci-dessous les informations concernant votre signalement.

Mise à jour de vos coordonnées

[caldera_form id= »CF5f3154a643a1a »]

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de son bassin.