N°90: La migration des oiseaux

Nous avons vu la dernière fois que pour passer l’hiver, le Crapaud commun, ainsi que de nombreuses autres espèces, s’enfouissent sous le sol et s’endorment. Bien que cette stratégie permette d’économiser de l’énergie et de se tenir au chaud pendant les mois froids, elle demande de passer plusieurs mois sans manger. Tout d’un coup, ça donne moins envie…

Deux-tiers des oiseaux ont opté eux pour une méthode bien plus énergivore, mais qui leur permet de continuer de se nourrir pendant l’hiver : la migration.

Les oiseaux qui partent tôt dans la saison ont comme destination les savanes et forêts tropicales africaines. Certaines espèces peuvent accomplir 11 000 kilomètres en vol battu (en battant des ailes, plutôt qu’en planant), ce qui représente environ 8 jours de vol ininterrompu! Certains doivent augmenter d’un tiers leur poids avant leur périple. C’est le cas du Pouillot fitis, petit oiseau de 10g qui dans notre région annonce le retour du printemps dans les saules au bord des rivières, et qui parcourt au moins 12’000 km pour atteindre ses quartiers d’hiver subsahariens.

Les migrateurs parcourant de longues distances représentent environ deux tiers des espèces migratrices. La Sterne arctique est l’une des plus grandes espèces migratrices. Chaque année, elle accomplit l’aller-retour entre le pôle sud et le pôle nord! Il arrive d’ailleurs que l’on puisse l’apercevoir dans la région lémanique où il lui arrive de s’arrêter avant de reprendre son long voyage. 

Certains oiseaux s’en vont donc passer l’hiver au sud, et d’autres viennent du nord pour passer l’hiver chez nous. Ce sont les oiseaux dits ‘hivernants’.  Sur le Léman, on voit arriver par exemple des fuligules, Nettes rousses et Sarcelles d’hiver. En effet, notre lac, de par sa position géographique, sa surface et son offre en nourriture, constitue un lieu de refuge idéal. 

L’arrivée du printemps (et du Pouillot fitis!) annoncera une nouvelle vague de départs et d’arrivées. C’est pour cette raison que les oiseaux que l’on peut observer sur le Léman se renouvellent à chaque changement de saison!

Pour plus d’informations concernant les migrations d’oiseaux, référez-vous au 60s n#65, ‘Quartiers d’hiver’, et pour plus d’informations sur les espèces hivernantes du Léman, au 60s n#72, ‘Les canards hivernants’.

Crédit photo: Giuseppe Franco
Informations : Le Temps, vogelwarte.ch

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de ses affluents.

Mise à jour de vos coordonnées

[caldera_form id= »CF5f3154a643a1a »]

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de son bassin.