N°92: le Corégone élu poisson de l’année 2022

Le poisson de l’année 2022 est le Corégone mais à votre avis pour quelles raisons ?

Le Corégone, également nommé Féra du Léman, appartient à la famille des salmonidés. Parmi ces derniers, le genre Coregonus regroupe le plus grand nombre d’espèces, qui elles-mêmes se divisent en sous-espèces. La morphologie des sous-espèces s’est adaptée progressivement aux différents milieux colonisés et à leurs sources de nourriture. L’espèce qui nous intéresse ici est le Corégone Européen (Coregonus lavertus).

Le Corégone est donc connu pour sa grande capacité d’adaptation puisque de nouvelles espèces sont capables de se développer à partir d’une espèce originelle en seulement quelques millénaires. En effet, il a su coloniser toutes les niches écologiques disponibles des lacs alpins en vivant autant dans les zones profondes qu’en pleine eau dans la partie centrale des lacs. Le Corégone des eaux profondes se nourrit principalement d’invertébrés grâce à sa bouche qui est orientée vers le bas et détient peu de branchiospines (épines osseuses présentes dans les arcs branchiaux qui permettent de filtrer le zooplancton). Celles-ci sont courtes et robustes. Tandis que le Corégone vivant en pleine eau se nourrit majoritairement de zooplancton et possède davantage de branchiospines qui sont allongées.

La prospérité de sa reproduction varie selon les conditions climatiques et la disponibilité de nourriture pour les larves. Les conditions idéales consistent en un hiver froid couplé à de hautes teneurs en oxygène suivi d’un printemps relativement chaud et précoce, ce qui permet la production de zooplancton.

Cependant, le succès de la reproduction du Corégone risquerait de changer en fonction des effets du réchauffement climatique. Effectivement, depuis 2006 les températures hivernales et du début du printemps sont globalement supérieures aux valeurs moyennes du vingtième siècle. Ceci pourrait impacter négativement la reproduction en hiver mais serait favorable à la survie des larves au printemps. En effet, l’espèce se reproduit lorsque la température de l’eau est inférieure ou égale à 7°C. Des recherches ont prouvé qu’une eau supérieure à 10°C bloque entièrement la ponte et empêche le bon développement des œufs. De plus, le Léman se situe à la limite sud de leur aire de répartition, ce qui explique que la température hivernale soit un des facteurs limitants pour leur pérennité.

Ainsi, le Corégone peut s’adapter si les conditions le permettent mais reste très vulnérable quant à l’avenir climatique. Saura-t-il donc s’adapter assez rapidement en vue des changements à venir ?

Sources

Gillet et Goulon (2020) – Systématique des Corégones, origine et évolution de la population de Corégone (« féra ») du Léman, pp.14-16
Fédération Suisse de Pêche – Poisson de l’année 2022

Crédit photo

Légende : le cri du poulpe

Share on facebook
Facebook
Share on email
Email
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de ses affluents.

Mise à jour de vos coordonnées

[caldera_form id=”CF5f3154a643a1a”]

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de son bassin.