N°22 : « Il neige dans le Léman »

Lors de l’Expo 64 en Suisse, le premier sous-marin touristique du monde est mis à l’eau dans le Léman. Il s’agit du Mésoscaphe de la famille Piccard, à Lausanne. Ce fût une commande très spéciale des organisateurs qui voulaient une « attraction qui puisse constituer le clou de la manifestation, tout en faisant honneur à l’esprit d’initiative des ingénieurs et de l’industrie ». L’élaboration de ce projet est initiée par Auguste Piccard et à sa mort, son fils, Jacques Piccard poursuit cette idée, construire un sous-marin capable de transporter une quarantaine de personnes. Pari tenu, le sous-marin, baptisé Auguste-Piccard, emmena plus de 3’300 curieux au cours de 110 plongées dans les profondeurs du Léman. Capable de descendre jusqu’à 300m, le sous-marin n’est jamais allé plus profond que 170m avec les touristes à son bord.
Cette attraction unique au monde a malheureusement été péjorée par le manque de visibilité sous l’eau. D’après un reporter de la RTS, dès les 50 mètres atteint, l’eau était brouillée de particules en suspension et de puces d’eau, tel un cosmos opaque.
Dans la lueur des projecteurs du Mésoscaphe, les visiteurs pouvaient voir de fines boules blanches aux allures de neige. Un paysage d’hiver au fond du lac ! Mais comment est-ce possible ?
Cette « neige » est due à la présence de Carbonate de chaux (ou de Carbonate de calcium, CaCo3) qui précipite dans le Léman et s’accumule au fond sous l’aspect de craie lacustre ou de vase blanchâtre. Le Carbonate est le constituant principal du calcaire, qui est apporté par les affluents du Léman après avoir été lessivé des roches par les pluies.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Retour haut de page

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de ses affluents.

Abonnez-vous à la newsletter de l'ASL

Afin de recevoir les dernières nouvelles du lac et de son bassin.